Lettre à une récente rencontre sur les RS

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Lettre à une récente rencontre sur les RSIl y a environ deux ans, j’avais rencontré sur un réseau social une jeune femme qui, apparemment voulait tenter une expérience avec une autre femme. Nous avons sympathisé, échangé nos adresses mail. Voici la lettre que je lui avais écrite. Il y a eu d’autres échanges par la suite et nous nous sommes vues, avons vécu de bons moments puis la vie a suivi son chemin, le sien ne devant apparemment pas suivre le mien. Sans pour autant s’être fâchées, au contraire, nous nous sommes perdues de vue et c’est bien dommage. Mais, comme on dit, c’est la vie…Coucou,nous avons un peu discuté l’autre jour. Tu m’avais dit avoir peu essayé avec des femmes. Moi c’est le contraire. Je n’ai jamais eu d’expérience avec un homme. J’ai voulu essayer mais quand j’ai vu cette espèce de chauve-souris lui pendre entre les jambes, ça m’a coupé toute envie. Un corps masculin ne me fait pas envie. Ce n’est pas fait pour moi. Ça manque de courbes, de grâce. ça ne m’empêche pas de pouvoir discuter avec des mecs, c’est juste que le sexe avec eux, ça me bloque, ça ne m’intéresse pas.J’ai 33 ans, je me suis toujours branlée et jusqu’ici je n’ai toujours baisé qu’avec des femmes de mon âge ou plus âgées. Je n’ai jamais essayé avec d’autres femmes beaucoup plus jeunes et je ne pense pas que je le ferai. Il y a deux ou trois ans, je suis secrètement tombée amoureuse d’une jeune fille qui allait passer son bac. Sauf si elle avait redoublé, elle devait donc avoir vers les 18 ans. J’en avais 30 ou guère plus. Elle était terriblement belle et j’en avais très envie. Tu ne peux pas t’imaginer le nombre de fois où je me suis branlée en imaginant caresser ses petits seins fermes ou en la léchant partout. Ce qui m’a poussée à ne pas tenter l’expérience ce n’est pas notre différence d’âge qui aurait peut-être pu me gêner, c’est l’idée que je pouvais sexuellement l’orienter. Quand on est gouine, et je le revendique, on n’a pas toujours la vie facile ; il se trouve toujours des cons pour te faire des réflexions ou te faire vivre des situations pas très cool. Il faut que ce soit un choix de vie que l’on a soi-même décidé, que l’on a personnellement choisi. Et celle dont je te parle ne me semblait pas encore suffisamment mature pour güvenilir canlı bahis siteleri faire un choix par elle-même. Si on avait baisé toutes les deux, j’en aurais été ravie mais j’aurais eu l’impression de l’avoir poussée à… Parfois je me dis que c’est peut-être faux car si elle avait accepté de baiser avec une autre femme c’est que ça ne l’aurait pas gênée et que peut-être c’est son goût aussi, mais peut-être ai-je raison aussi, va savoir…Je vis avec Sophie depuis maintenant sept ans et nous partageons les mêmes goûts sexuels. On adore se branler toutes les deux, seules ou ensemble. Mais nous avons aussi plein d’autres jeux. Si nous continuons à discuter toutes les deux on aura l’occasion de se dévoiler. J’ai envie de te raconter notre dernier plaisir, celui d’hier soir…Sophie et moi, sommes nues toutes les deux. Je suis allongée sur la moquette et elle, debout devant moi du côté de mes pieds. Je suis déjà excitée et je me branle doucement. Alors elle s’approche de moi et marche doucement, un pied de chaque côté de mon corps jusqu’à ce qu’ils soient au niveau de mon bassin. Sans arrêter de me branler je la regarde. Elle est terriblement belle. Je ne sais pas si les autres filles la trouvent belle mais pour moi, elle l’est terriblement et je la désire toujours de plus en plus.Tout en continuant ma masturbation, je relève mon buste pour m’asseoir en ayant soin, pour ne pas retomber, de me mettre en appui, derrière moi, sur mon bras gauche. Je lève la tête pour la regarder, elle baisse la sienne et me regarde droit dans les yeux. Je lis dans son regard son désir et je pense qu’il est aussi grand que le mien. Un peu comme si je me dédoublais pour prendre du recul sur la situation, je contemple mentalement la scène : Sophie est là, débout, pleine de désir, les jambes écartées, moi entre ses jambes, en train de me branler, la tête au niveau de son pubis, mon visage tourné vers le sien. Elle me prend la tête entre ses mains et la serre suffisamment comme pour l’empêcher de bouger puis elle vient poser sa chatte sur mes lèvres et, avec des mouvements réguliers du bassin, d’avant en arrière, elle vient se branler sur ma bouche. Ce n’est pas moi qui la lèche, c’est elle qui se branle sur mes lèvres güvenilir illegal bahis siteleri en me regardant droit dans les yeux pour suivre mes émotions et la montée de mon désir. J’adore ce balancement régulier du bassin sur moi, j’aime la voir se donner du plaisir surtout si j’en suis l’instrument. Cela m’excite de plus et plus et j’accélère ma masturbation.Je constate qu’elle a senti mon excitation et l’accélération de ma main sur mon clitoris. Instinctivement, pour me suivre, ses balancements du bassin augmentent en force, en amplitude en fréquence. J’ai le visage tout mouillé de son plaisir et j’aime ça. J’abandonne l’appui de mon bras gauche pour m’accrocher à elle et caresser ses reins, ses fesses… ma main descend encore un peu et pendant que je me masturbe entre ses jambes et qu’elle se branle sur ma bouche, je rentre un doigt dans son cul. C’est chaud, c’est doux, c’est bon ; ça nous excite encore plus et on sent toutes les deux qu’on ne va pas pouvoir tenir encore longtemps avant de jouir. Alors on accélère encore, encore, encore… jusqu’au moment où l’orgasme qui la traverse la pousse à coller encore plus ma tête contre sa chatte, je sens ses mains qui tirent ma tête de plus en plus contre elle, la traction vers elle étant proportionnelle à la montée de son orgasme, comme si elle voulait me faire rentrer en elle. C’est trop pour moi et je jouis aussi, pendant longtemps…Petit à petit c’est la redescente du plaisir et arrive ce moment de grande tendresse qui nous envahit et où l’on a envie de câliner l’autre dans ses bras. Sophie lâche la pression de ses mains sur ma tête comme si elle voulait se détacher. Là c’est moi qui ne veut pas. Je veux rester là, sur sa chatte, à la lécher jusqu’à la sécher complètement et faire disparaître, en la buvant, toute trace du plaisir qu’elle a éprouvé. Son plaisir m’appartient. Je la lèche consciencieusement, mon doigt toujours au chaud dans son cul, sans bouger. L’immobilité doit la gêner puisqu’elle remue légèrement les fesses d’un mouvement incitatif et qu’elle resserre son sphincter sur mon doigt comme si elle voulait l’avaler. Cette succion anale me donne encore envie de jouir et j’essaye de coordonner les mouvements de mes deux mains : les güvenilir bahis şirketleri lentes allées et venues d’un doigt dans son cul et la rapidité du titillement de mon autre main en train de reprendre la masturbation. Je ne sais si j’arrive à coordonner correctement mes mouvements mais j’accélère le tout et je ne sais dans quel ordre, de plus en plus excitée par le plaisir que je sens remonter et l’abandon total de Sophie qui me laisse disposer complètement de son corps en lui fourrageant un doigt dans le cul pendant que je continue à la lécher. Elle repousse ma tête de sa chatte pour y placer sa main et je l’entends me dire : “Fais comme moi, branle-toi !”. Dans le même temps, elle prend le poignet de ma main qui a un doigt dans son cul et lui imprime un mouvement d’allée et venue comme si c’était elle qui voulait donner le rythme et harmoniser ses deux masturbations. Toutes les deux, quand on est excitées, on aime parler cru, ce qui décuple notre excitation et on aime s’approprier un vocabulaire que l’on considère souvent, à tort, comme masculin. Et un “Branle-toi !” a beaucoup plus d’effet sur nous que “Titille-toi le clitoris, s’il te plaît !” J’aime quand elle me demande de me branler devant elle, surtout quand elle en fait autant ; et j’aime quand elle me regarde le faire.Il s’en est fallu encore un peu pour qu’on jouisse à nouveau. On a la chance, à l’inverse des hommes de pouvoir jouir plusieurs fois de suite. Je pense que c’est Dieu ou la nature qui l’a voulu ainsi. Le terme est à choisir selon ses croyances. Mais il faut bien admettre que le clitoris est seul organe humain complètement dédié au plaisir. Il n’a aucune autre fonction. L’homme jouit avec sa queue. C’est un fait entendu. Mais il s’en sert aussi pour se reproduire et pisser. Chez nous, le clitoris n’a aucune autre fonction que le plaisir et je ne me prive pas pour le vérifier quotidiennement.Sophie aussi. C’est ce qui nous unit. Nous aimons nous branler toutes les deux et nous n’éprouvons aucune honte à le dire ou à nous y livrer l’une devant l’autre. Ça m’est arrivé de me branler sur le canapé pendant qu’elle était à côté sur la table en train d’éplucher des patates. Tout comme en rentrant du travail, je l’ai déjà trouvée en train de se branler devant une vidéo et qu’elle ne s’est pas arrêtée pour me dire bonjour tant qu’elle n’avait pas joui. Et je l’aime pour ça. Sur le plan sexuel, nous avons les mêmes goûts…Je ne te cacherai pas que te raconter ça m’a un peu excitée et je crois que je vais m’accorder une petite pause…Je t’embrasse…Isold.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir