Liberté – Chapitre 5

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Liberté – Chapitre 5”Sortir du cadre”Je suis toujours allongée sur le lit de Vivi, le gout de sa chatte encore sur mes lèvres, mon cerveau essayant d’assimiler toutes les infos qu’il venait de recevoir. Je m’interroge sur ce que veux dire ”lui raconter mon après midi en détails” et aussi sur la signification exacte de ce ”genre de jeux”… Vivi est à mes cotés toujours tout sourire, j’ai mille questions que je n’arrive pas à formuler donc je préfère me taire. Je tortille mes cheveux nerveusement et essayant de faire un peu de tri.J’ose des coups d’œils anxieux aux cadres photos qui semble toujours me fixer et rigoler eux aussi. A vrai dire je ne sais pas quoi en penser, je me sens utilisée, comme si, une main invisible avait guidé mes actes depuis le début. Je les imagine comploter ensemble pour parvenir à me faire baisser ma petite culotte et s’exciter ensemble des avancées de leur projet machiavélique en se frottant les mains. Rassurée aussi de ne pas avoir fais de mal, mais quand même merde je ne suis pas un putain de sextoy. La sonnerie de mon portable vient me sortir de mes turpitudes, il faut que se soit Cassandra , elle qui n’écrit que rarement pour ne pas dire jamais… Elle se décide de le faire maintenant, fait chier j’ai une peur panique d’avoir refait une bêtise qui me prend aux tripes, je l’ai trompée, je l’ai blessé, non on avais dit libre purée j’en sais rien, j’ai envie de crier : ce n’est pas de ma faute on m’a manipulée,mais je répondrais plus tard je n’ai pas les idées bien claires.Faisons profil bas, Vivi’ est toujours enjouée, je me rhabille et je profite de ses courbes quand elle le fait à son tour. Je vais marcher, marcher c’est bien ! Elle m’embrasse et me remercie pour cette belle après midi. C’est vrai que c’était une belle aprem, un très beau moment et cette lingerie qui ne quitte pas mes pensées. Je rentre me doucher, m’accordant un moment pour faire le point.Soyons clairs c’était très agréable de fricoter avec Vivi’ et j’en avais sans doutes bien plus envie que ce que je voulais bien admettre, une fois le flot d’informations digérées je suis soulagé de savoir que cela ne poseras pas de souci, il vaut peut être mieux ça, je m’en serais beaucoup voulu ! Je réponds à Cass’, je n’ai pas de compte à lui rendre après tout c’est ce que nous avons convenu, donc je peux accepter son invitation : une nouvelle repet’, c’est vendu.Comme la fois précédente la partie musicale est très appréciable, mais ensuite la partie sortie est bien moins fun, un pub un peu merdique et une ambiance pas vraiment au rendez vous. Quel dommage ! Une bière vite expédiée et Cass’ décide de me ramener. On parle sur la route de son nouveau job, de mon départ qui approche et me voyant un rien mal à l’aise, elle décide de me tirer les vers du nez sentant sans doute que quelque chose me travaille depuis le début. Lui dire ne pas lui dire (elle est douée en interrogatoire en plus) je finis par céder : je lui révèle tout, mon terrible secret d’auto stoppeuse en détresse qui tombe aux mains d’une bourgeoise vicieuse ! Ce qui la fait… rire, elle me lance qu’elle est sûre que j’ai adoré ça ! C’est un rien cinglant, ça fais un peu mal à mon ego mais ce n’est pas faux. Le temps que je cogite la bonne conduite à adopter. Elle lance sans préavis sa main entre mes cuisses ”je suis sûre que tu mouilles rien que d’y penser” et par à la rencontre de ma petite culotte pour vérifier sa théorie, j’écarte mes jambes pour lui donner un meilleur accès et là non plus elle n’a pas tord…Elle active ses doigts tandis que j’avance mes fesses sur le siège pour tendre mon minou vers les caresses qui lui sont proposées, ça la fait rire même un peu trop à mon gout je m’attendais à tout sauf à ce genre bahis siteleri de réaction. Je ne suis ni déçue ni troublée, mais un mélange étrange entre soulagée de ne pas lui avoir fais de mal avec mon comportement déviant, excitée aussi de m’être confiée d’une part et d’autre de me faire tripoter.Il est long ce trajet retour, sa main ne quitte pas ma chatte hormis pour changer de vitesse et retourne aussitôt entretenir la flamme qui brûle entre mes jambes, les kilomètres passent et ma pauvre culotte prend un bon bain de cyprine. Cassandra me ramène chez elle sans trop me demander mon avis, mais bon je n’aurais pas dit non de toute façon vu dans l’état où elle m’a mise. Quand elle coupe le contact je suis sur excitée et je ne me souviens pas vraiment du chemin parcouru j’ai du perdre pieds quelque part en route.On monte les escaliers 4 à 4 pour arriver devant sa porte, à peine entrée, je me retrouve plaquée entre des cintres et des manteaux : c’est précisément ce dont j’avais envie. Des mots glissés à mon oreille ”je vais te baisser comme une chienne” qui me font l’effet d’une bombe !Suivi… d’une gifle qui pique ma joue, je m’en fiche, je suis bien trop excitée et à vrai dire j’ai même la sensation d’avoir apprécié, mon minou pulse plus fort entre mes jambes et je sens mon sang battre dans mes tempes tandis que mon cœur s’emballe. Sa bouche contre la mienne, des baisés puissants et profonds, ses mains dans mes cheveux qui les tirent fort. J’ai la sensation d’être à sa merci, son regard bleu intense ne me lâche pas et c’est délicieux.Elle m’entraîne dans son salon, se déshabille à la hâte et je l’imite dans une certaine incohérence surement diminuée, en un clin d’œil je me retrouve toute nue. Je suis assise sur son canapé elle s’avance vers moi avec un regard décidé qui me transperce de part en part. Elle saisit mes cheveux à pleine mains je crois qu’elle veut que je me lève mais non elle me fait me positionner à genoux par terre.Avant de poser un pied sur le canapé derrière moi et se sert de sa prise dans mes cheveux pour attirer ma bouche contre son sexe. Je découvre avec une joie non dissimulée qu’elle aussi est trempée. Tiens des insultes cela faisait longtemps et copieuses en plus c’est excitant, je passe ma langue de long en large et de haut en bas partout où je le peux. Je l’entends gémir de plaisir ce qui me donne des frissons de partout.Elle utilise sa main dans mes cheveux, pour bien me faire lécher sa chatte, et appuyer fort au moments opportuns, je me fais docile toute dévolue à ma mission. Profitant de la magnifique vue de son corps en contre plongée, me laissant voir ses seins, son ventre plat qui ondule et ses yeux magnifiques qui me font sentir que ça ne va pas être tendre.Elle se retire, ne me lâchant pas et vient m’embrasser avant de me gifler de nouveau. Je m’en fiche toujours, je suis prête à la satisfaire, une nouvelle gifle et de nouvelles insultes droit dans les yeux, je me sens punie pour mon mauvais comportement et comment dire j’adore je crois bien.Cass’ me quitte un instant pour revenir avec un objet, étonnement de découvrir qu’elle aussi possède sa version du ”bonbon” il est noir (forcement) et comment dire de bonne taille comparé au mien qui est plus coloré et modeste. Gros avantage produit il a une ventouse à la base, là maintenant je m’en fous mais peut être qu’un peu de shopping ne serait pas une mauvaise idée.Je suis toute à elle, intimidée par les yeux qu’elle me fait, elle se jette sur moi et me prend dur et fort avec cet ustensile sans autre forme de procès, je suis béante allongée les cuisses bien écartée sur son canapé. Comblée des vas et viens, incessants de ce godemiché imposant. Ma chatte se contracte et coule à n’en plus finir, canlı bahis siteleri sous ses puissant à coups dirigés droit à l’intérieur de moi, cela fais un bon moment que rien n’a pénétré ma petite chatte et ça fait un bien fou.Sa main pince fort mes tétons et sa bouche n’a de cesse de répéter qu’elle genre de salope je suis ! Je jouis, elle ne prend même pas la peine de s’interrompre, je jouis encore miracle du corps humain toujours pas de répit : elle continue.Encore un orgasme mon cœur va lâcher à ce rythme là c’est sur, j’ai la sensation qu’elle vide mon corps de tout le plaisir qu’il est capable de contenir. Je n’entends que sa voix et les obscénités qui en sorte, je fais abstraction de tout le reste, elle est maîtresse de mon plaisir et si j’ose dire c’est bon de se faire baiser.Ne me demandez pas comment, je me retrouve à genoux par terre la poitrine posée sur l’assise du canapé. Cassandra s’attaque à mon cul avec ses longs doigts graciles, elle se moque de moi car je cite ”ça rentre tout seul”, je ne suis pas en état d’en débattre au point où nous en sommes : elle a sans doutes raison. Quelques claques sur mes fesses pour bien appuyer ses propos. Son petit rire démoniaque si sexy reste planté dans ma tête comme un refrain qui refuse de me quitter.Puis sans plus de diplomatie, elle me prend par derrière avec son jouet, m’arrachant au passage un soupir guttural et profond, je ne l’ai pas vu arriver, je suis écartelée c’est douloureux mais excitant aussi dans de parfaites proportions. Elle insiste et je m’agrippe de toutes mes forces aux coussins…Elle l’insère en moi de tout son long forçant légèrement le passage pour se frayer un chemin entre mes fesses. Elle jubile, moi j’essaye de ralentir la progression avec une main désinvolte jetée en arrière, elle m’en empêche, et pousse plus au fond jusqu’à la garde en plastique.De grandes bouffées de chaleur intenses, des plaintes, rien à faire elle ne s’arrête pas, j’ai un court instant peur qu’elle ne me blesse mais sa salive viens lubrifier son incursion. Je m’abandonne, mon corps n’est plus en mesure de se défendre, je pose ma tête dans le canapé, pendant qu’elle s’occupe de mon arrière train. De nouvelles claques sur les fesses, et je commence à ressentir des vas et viens, mon tout petit trou est à sa merci. C’est dur au départ, chaque pénétrations, m’arrache des petits cris étouffés, je finis par me détendre et le plaisir prend le dessus là derrière. Comment dire elle me défonce le cul faute de termes plus poétiques, ma toute petite expérience de ce coté là du plaisir devais être bien timide vu que je ressens des choses inédites, déjà je me sens bien chienne comme elle me l’avait promis, et mon cul se régale de plaisir ce qui n’était que très rarement arrivé même dans mes moments de sodomie solitaire les plus inspirés.Elle le sort presque entièrement avant de revenir brutalement s’enfoncer profondément en moi, cette sensation me fait perdre la tête et elle semble s’en régaler, elle me baise fort le cul sans tenir compte de mes suppliques qui n’en sont pas vraiment. Je sens mon tout petit trou se distendre pour arriver à un stade que je ne maîtrisais pas encore. Mes fesses grandes ouvertes elles aussi, encaissent avec joie de gros coup de boutoir qui font couler ma chatte de bonheur.Un flash, du plaisir, des insultes, un flash, un nouvel orgasme, des insultes, sa chatte sur ma bouche, son corps qui se tend, mes doigts en elle, son gout sur mes papilles, des cris, sa chatte excitée, des soupirs et on se retrouve emmêlées par terre couvertes de mouille et de sueur.Étendues à même le sol sur un tapis pas très douillet, nous rions, et elle me libère de son emprise pas un baisé sur le front avant de se relever, me faisant canlı bahis remarquer que son sol fait ”mal au cul” j’ai du me contenir pour ne pas lui dire que pour ma part ce n’est pas le tapis qui m’a fait ”mal” aux fesses…Impasse sur le câlin comme d’habitudes je me rhabille retrouvant mes vêtements dispersés négligemment un peu partout, avant de prendre congé je vais rentrer en marchant, marcher c’est bien ! Sur le chemin du retour je me sens un rien honteuse de lui avoir offert ”ça” et aussi étonnamment satisfaite de ce moment de ”plaisir anal”. Je crois que je pourrais jouir par là aussi mais il va me falloir encore étudier la question.Le weekend touche à sa fin et il a été riche en émotions si je puis dire, mes pauvres fesses on eu bien du mal à s’en remettre et à cette heure je n’ai plus aucun orgasme en stock ! Je crois qu’une bonne nuit de sommeil me fera le plus grand bien, demain enfin plus tout à l’heure, je remonte en voiture avec Vivi’ et je suis trop fatiguée pour être anxieuse. Apres une courte nuit, les choses reprennent leur cours comme si de rien n’étais, j’en suis soulagée mais aussi un poil surprise, remarquez c’est mieux que si Vivi’ m’avait rouler un patin d’entrée de jeu.Quand Vivi’ vient me récupérer ce soir là, nous prenons le temps de boire un café toutes les deux, assise sur un banc qui me semble fait de pierres j’ai eu le cul sensible toute la journée, je me demande bien pourquoi. Avec sa gentillesse hors norme elle me demande si tout va bien pour moi, m’avoue s’être rendue compte qu’elle n’avait peut être pas prit le temps de bien m’expliquer la situation et qu’elle s’en voulait un peu, je la laisse procéder.Bilan ce n’est pas si incompréhensible que ça finalement c’est leur mode de fonctionnement, ça leur appartient s’ils sont heureux et ça à l’air d’être le cas c’est l’essentiel. Moi je passais par là, un peu comme si nos orbites se croisaient en un point donné.Elle m’avoue avoir ”rencontré” des hommes et des femmes seule ou avec son homme. Et qu’elle aime son mari plus que tout, qu’ils sont âmes sœurs ce qui me fais fondre devant tant d’amour avec un grand ”A”. Nous poursuivons notre discussion sur tout le chemin du retour et je la laisse me raconter ce que son homme lui a fait ”subir”, toujours avec beaucoup de sensualité et de classe, choisissant ses mots avec soins pour faire de ce récit quelque chose de doux à mes oreilles. J’ai rougie de toutes mes forces malgré la clim et la fraîcheur du cuir sous moi, quelques phrases a peine qui ont suffi a m’embraser. Je comprends mieux j’ai été un ”accessoire” de leur vie sexuelle ce qui peut paraître vexant au premier abord mais se révèle finalement relativement flatteur, j’ai pris beaucoup de plaisir, Vivi’ aussi et en fin de compte ils ont pris leur pieds ensemble donc tout le monde y trouve son compte !Bon j’avoue c’est spécial comme manière de faire, mais elle a bien raison de me faire remarquer que si elle me l’avait dit d’entrée de jeu, j’aurais dit non sans hésiter et qu’accessoirement c’est moi qui me suis jetée sur elle !Bref je rentre me masturber comme si je n’avais pas jouis depuis plusieurs décennies…Ils partent en vacances et moi je suis à pieds du coup les deux semaines marathon les plus intenses de ma vie. Les kilomètres s’enchaînent et se ressemble, j’ai même acheté un vélo souvenez vous que je suis riche maintenant. J’ai quand même le droit de venir me baigner chez eux pendant qu’ils sont absents j’ai eu peur que ce soit un bonus spécial lécheuse de minou (ce qui m’a mis très mal à l’aise) mais non c’est une sorte de deal : je veille le chat et arrose les plantes en échange, j’en profite dès que je peux, c’est sur ma route après tout.Vélo, mise en rayons , caisse enregistreuse, vélo et on recommande. J’ai des fesses en aciers trempé ! Pas de nouvelles de Cassandra et vu que je suis épuisée ce n’est pas si grave. Tout est prêts : passeport, visa, papiers et ma valise est bientôt bouclée.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir