Pas gouine mais tout comme

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Pas gouine mais tout commeJ’avais perdu mon boulot et j’avais épuisé tout mon argent et je me désespérais de trouver quelque chose à manger. Il y avait bien eu le bus qui aidait les malheureux mais je m’étais cachée pour ne pas avoir à monter dedans. Je rentrais vers le centre ville le ventre creux. J’étais malheureuse de faire ça mais je savais que je n’avais pas d’autre choix que d’aller dans la petite rue derrière la gare où il y a toujours des filles de joie et je me disais que si elles le faisaient, je pouvais bien le faire moi aussi.Heureusement, il n’y avait qu’une seule fille à l’autre bout de la rue et qui attendait le client. J’avais entendu dire que c’était difficile de se faire accepter et j’étais un peu au courant des tarifs pratiqués. Une voiture a ralenti dans le virage et elle s’est arrêtée à ma hauteur.- Combien, m’a demandé le conducteur ?- Deux cents !- Cent cinquante, m’a répondu le type !J’ai pensé que c’était encore acceptable et je suis montée dans la voiture. Le type a posé sa main sur mon genoux mais une voix féminine a protesté à l’arrière de la voiture :- Lui c’est le chauffeur et la cliente, c’est moi, a dit la femme !- Oui, madame, mais je vérifiais la marchandise, a mollement protesté le type !La voiture a continué puis elle s’est engouffrée dans un garage souterrain et le conducteur est parti de la voiture.- J’espère que tu aimes ça, m’a fait la femme, parce que j’en ai marre des gouines ! Viens me rejoindre !Je suis descendue et je suis montée à l’arrière.- Touche-moi, m’a demandé la femme !Je lui aurai bien répondu que je n’avais pas l’habitude de faire ça avec une femme mais elle ne semblait pas vouloir accepter mes excuses, si bien que je me suis lancée. Elle avait un chemisier et elle semblait n’avoir rien dessous, si bien que j’ai passé la main dessous. J’avais izmir escortlar raison. Ses seins étaient énormes et leur peau très douce. La femme m’a dit que j’ai l’air d’aimer les gros nichons et elle m’a dit de retirer mon top.- Tu me plais, a-t-elle ajouté en me caressant la poitrine ! J’espère qu’on va se revoir !Elle a glissé ses doigts dans ma petite culotte et elle m’a dit qu’une jolie fille comme moi doit aimer jouir et elle m’a donné un orgasme.- C’est bien, a-t-elle ajouté ! Maintenant, tu me lèches !Je me suis glissée entre ses jambes et j’ai commencé à lécher.- Ah, chérie, a gémi la femme plusieurs fois !La femme mouillait comme une vraie salope et j’en avais plein le visage.- Baise-moi, m’a-t-elle soudain intimé en me tendant un gode et je l’ai baisée. J’avais déjà fait l’amour avec un petit ami mais je n’avais jamais vraiment vu son pénis me pénétrer et là, je voyais ce que faisait le gode.- Ah, oui, tu la baises la vieille salope, m’a hurlé la femme avant d’avoir un orgasme.Après ça, elle m’a tendu une serviette pur que je m’essuie et elle s’est essuyée elle aussi. Après, elle s’est penchée sur le klaxon et le conducteur est revenu dans la voiture. La femme lui a dit de me payer puis elle a encore demandé qu’il me donne plus d’argent.- Si tu veux que je te paie encore, a-t-elle ajouté, viens à cette adresse ! C’est ma garçonnière ! J’y suis tous les mercredi soir à vingt heures !J’ai pris la carte de visite. Je n’y croyais pas tellement mais je suis allée à cette adresse la semaine suivante. J’ai frappé à la porte. La femme m’a ouverte.- Ah, chérie, m’a fait la femme ! Tu es si belle ! Viens !Je l’ai suivie à l’intérieur. Dans la pièce, il n’y avait qu’un lit. La femme m’a déshabillée et nous avons fait l’amour.- Je ne veux pas que tu sois gouine, m’a-t-elle encore dit ! Je veux izmir escort bul juste que tu aimes faire l’amour avec moi !La semaine suivante, après m’avoir léchée, elle m’a initiée à la sodomie. Pas brutalement, mais doucement. Le gode était énorme mais la femme me demandait sans arrêt si je voulais qu’elle continue à l’enfoncer. Et moi, je ne voulais pas la décevoir parce que, grâce à elle, je mangeais à ma faim. A la fin, elle m’a demandé ce que j’en pense. Je lui ai répondu que j’aime bien, pour ne pas la décevoir. Elle m’avait quand même forcé le godemiché dans l’anus mais j’ai fini par m’y faire.Elle n’arrêtait pas de me poser des questions et j’ai bien été obligée de lui dire que je suis étudiante. Quinze jours après, j’avais un logement dans la cité universitaire. Je continuais à voir la femme. Parfois, elle passait tout le temps de la séance à me lécher entre les fesses. Parfois, elle me léchait les seins et parfois aussi, elle m’interdisait de toucher les siens, comme si elle voulait me punir. Un jour, elle m’a tout de suite dit que je lui avais manqué puis elle avait ajouté qu’il faut qu’on baise et elle m’a mis un gode ceinture et je l’ai baisée.Maintenant, je pouvais faire ce que je n’avais jamais pu faire jusqu’ici : m’acheter des fringues. Des filles que je connaissais à la fac m’ont demandé comment je fais pour me payer ça et l’une d’elle m’a même demandé si je me prostitue. Je lui ai répondu que mon grand-père m’a laissé un petit héritage et ça l’a calmée.Quand sont arrivées les vacances d’été, je suis retournée chez mes parents et je me suis sentie si seule que je me suis masturbée tous les mercredi soirs. Je n’arrêtais pas de me demander si j’allais retrouver la femme à la rentrée.Elle était là, toujours aussi amoureuse de moi, mais j’avais l’impression qu’elle avait quelque izmir escort sitesi chose de changé. Elle était plus rude avec moi.- Tu te rends compte que mon mari veut que je lui fasse un gosse, a-t-elle fini par m’avouer ! Je pourrais, mais j’ai quarante cinq ans ! Tu m’imagines avec le gros ventre et les mamelles pleines de lait ?Je ne savais quoi lui répondre. Ce soir-là, elle était furieuse quand elle est partie.Quelques jours plus tard, on a inauguré un nouveau pavillon à la fac et la présence des étudiants était souhaitée. J’y suis allée. Le président a fait un discours, puis on annoncé la venue de la maire de la ville. Je ne la connaissais pas mais quand elle est montée sur l’estrade, j’ai reconnu la femme avec qui je faisais l’amour. Elle était magnifique dans sa robe et j’ai eu une bouffée de chaleur quand elle a commencé à parler mais je dois avouer que je n’ai aucun souvenir de son discours. Le mercredi suivant, je suis allée au studio. Elle m’attendait. Je lui ai dit que j’étais là, à la fac et elle m’a répondu qu’elle m’avait vue puis elle a ajouté qu’elle aurait bien voulu que je sois à ses côté. Elle a ajouté qu’elle avait accepté l’offre de son mari et elle m’a demandé si je l’aimerai toujours encore quand elle sera enceinte. Je ne savais pas mais j’ai continué à la voir et à mesure que son ventre et ses seins grossissais, j’ai aimé cette femme encore plus.Quelques jours avant d’accoucher, j’étais encore avec elle et elle m’a souhaité de rencontrer quelqu’un pour m’engrosser. Malheureusement, je n’ai pas pu continuer à la fréquenter. Je trainais du côté de la mairie et c’est de cette façon que je l’ai vue la dernière fois. Elle était avec son bébé. Elle m’a dit que c’est dommage qu’on ne puisse plus se voir puis elle a ajouté qu’elle ne veut pas que je fasse l’amour avec un homme.- Trouve-toi une jolie femme et sois heureuse avec elle, m’a-t-elle dit en conclusion.C’est ce que j’ai fait. J’en ai rencontré plusieurs mais l’une d’elle avait un amant qui a fait de moi une vraie femme au point que je lui ai fait un enfant.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir