Voyeur – Souvenirs d’enfance, culottes d&#039

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Voyeur – Souvenirs d’enfance, culottes d&#039Avez-vous eu la chance de voir les culottes de vos institutrices alors que vous étiez élève à l’école ?Moi oui !Ma passion pour le voyeurisme suivi de mon goût pour les culottes blanches vient sans doute de mes différentes expériences vécues lors de mon enfance puis de mon adolescence. En voici une qui demeure profondément gravée dans ma mémoire.J’avais dix ans. J’étais en CM2 et en ce début juin il fut décidé au sein de mon école de nous emmener visiter un bateau, un cargo. Ce petit dépaysement n’était pas trop lointain et nous étions deux classes de mon école à faire cette petite excursion vers le port encadrés par mon maître et trois maîtresses.Arrivés sur les quais, il nous fallut attendre car malheureusement le cargo n’était pas encore présent car très retardé par une tempête en Méditerranée. Il faisait beau, chaud, les institutrices portaient de jolies petites robes d’été et alors que le ciel était bleu sans nuages « le » cargo avait affronté une tempête provoquant son retard…tempête qui faisait rêver le petit pirate qui dormait en moi…Le bateau accosta enfin, se mettant à quai face à nous mais du fait de son arrivée tardive, sa visite ne fût pas du tout conforme à ce qu’elle aurait du être car son capitaine chose logique ne voulut pas nous voir aller et venir entre les grues effectuant leurs opérations de déchargement et nous envoya visiter les différents ateliers de la salle des machines en nous y laissant un temps plus que certain afin d’éviter tout danger.Nous avons étés divisées en plusieurs groupes et je me suis retrouvé séparé de mes copains, seul garçon parmi les filles et encadré par mon ancienne institutrice de l’année précédente que je nommerai Mme A. Je vais vous décrire très brièvement avec mon regard d’enfant les trois institutrices nous accompagnant. Mme A était très gentille, bahis firmaları elle avait une voix douce et sentait toujours bon. Mme B avait une morphologie beaucoup plus imposante et dans sa classe tout le monde baissait la tête et çà filait droit…Mlle C était la plus jeune des trois, son corps était très longiligne et elle avait des cheveux d’un noir profondDonc nous sommes à fond de cale dans la salle des machines, à l’extérieur il doit faire dans les trente degrés mais ici dans ce four il faisait au moins trois mille degrés du moins c’est ce que j’ai pensé à l’époque…Après avoir fait deux à trois fois le tour de tous les moteurs et écouté les explications de l’officier mécanicien nous nous sommes vite ennuyés et assis sur les escaliers. Escalier est un grand mot car pour ceux qui connaissent les navires je devrais plutôt parler d’échelles avec des rambardes et ces échelles étaient très raides. Nous sommes restés là « plantés » sur nos échelles pendant au moins deux heures. Deux heures d’enfer pour ces pauvres institutrices mais deux heures de plaisir pour moi…Les trois institutrices s’étaient regroupées et elles avaient très chaud…elles n’en pouvaient plus…elle avaient toutes les trois déboutonnées le haut de leur robe dans la limite du raisonnable et du respectable mais les trois soutient gorges étaient bien plus que visibles tout comme une partie de leurs poitrines…mais ce n’est pas cela qui m’émoustillait…elles étaient toutes les trois assises sur les fines marches d’une échelle de descente essayant d’avoir le plus d’espace afin d’avoir le moins chaud et pour se faire elles avaient toutes les trois les cuisses grandes ouvertes et moi petit pirate à la découverte du monde je plongeait mon regard dans ces trésors fabuleux et interdits…Que de plaisir d’être là plus bas que ces femmes dont l’indisposition à cette forte chaleur kaçak iddaa humide les rendaient insouciantes. Quel régal, c’était il y a longtemps mais je m’en souviens sans difficulté et je revois toujours ces trois culottes blanches.Toutes les trois portaient des culottes de la même couleur mais elles étaient toutes bien différentes dans leur forme, texture et aspect. Mme A portait une culotte en coton toute simple avec pour fioriture de la dentelle sur les bords.Mme B portait une culotte dont je ne comprenais pas la pertinence…sa culotte était transparente…quelle idée de mettre une culotte transparente….je ne comprenais pas….Quand à Mlle C sa culotte était ornée de petites fleurs bleues et jaunes.Après avoir vu, revu et détaillé au maximum ces culottes, je me suis intéressé à leur environnement et à ce qu’il y avait à l’intérieur.La plus étrange des trois était Mme B. Sa culotte transparente laissait voir une toison brune très fournie mais possédant un mystère en son milieu…Au centre de cette noirceur ce trouvait une grosse tache rose de forme allongée et ressemblant à une limace…J’ai mis de nombreuses années avant de comprendre ce qu’était cette « limace » rose et humide… La moins belle était celle de Mlle C. Ce n’est pas que sa culotte était moche non mais tous les poils noirs qui en sortaient me déplaisaient vraiment…et il y en avait des poils…qu’est ce qu’elle en était fournie…de très nombreux et long poils s’échappaient de sa culotte et couvraient ses cuisses…Ma préférée était celle de Mme A. Il faut dire que j’aimais beaucoup Mme A pour sa douceur et ses cheveux d’un joli blond. Sa culotte était à son image simple mais charmante, dans la bas de sa culotte une belle fente séparait distinctement deux hémisphères délicieusement bombés… je me régalais de cette vision et aujourd’hui encore mon esprit s’en délecte…Je suis resté les deux kaçak bahis heures en admiration devant ce divin spectacle puis les filles de ma classe vinrent casser mon bonheur. Elles avaient envie de faire pipi…Mme A dont ce devait aussi le cas les accompagna dans la recherche de toilettes au niveau de ce pont. Elles ont du tourner et chercher longtemps avant de trouver car Mme A fut très longue à revenir et à son retour elle semblait énervée et parlait à ses collègues en faisant de grands gestes excités.Dès qu’elle a repris sa position sur l’échelle et ce malgré mon jeune âge j’ai compris la raison de son bouillonnement. Mme A avait fait pipi dans sa culotte…une grosse tache jaunâtre et humide ornait le devant de celle-ci, la rendant encore plus délicieuse et transparente en faisant ressortir ses poils blonds et me permettant de découvrir un joli petit creux rond en haut de sa fente. D’après ce que j’en ai entendu et compris la pauvre femme aurait été surprise et vue par un marin pendant sa miction d’où une panique et un rhabillage bien trop rapide…Quelle belle journée ce fut, quel plaisir de découvrir la face cachée et insoupçonnée de ces maitresses mais ce jour là ce fut également un choc pour moi car j’ai réalisé qu’une femme, même une institutrice, n’était qu’une petite fille qui avait grandi et qu’elle était susceptible de faire pipi dans sa culotte comme une gamine…ce qui allait conditionner ma vie de coquin adulte…Cette journée de découvertes qui fut pour moi un régal fut vécue comme un enfer par les institutrices et inutile de vous dire que plus une seule classe de mon école n’est allée visiter un bateau depuis…Cette belle expérience à forgé ma sexualité et par la suite j’ai demandé à mes maitresses puis à mon épouse de ne porter essentiellement que des culottes blanches, et lorsque le besoin se fait sentir, de faire en sorte que je puisse la voir ou qu’elle soit susceptible d’être surprise par des hommes en train de faire pipi…de plus le grand coquin que je suis savoure ses culottes légèrement maculées de petites taches jaunes…Merci de m’avoir lu

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir